Votre Agent général Prévoyance & Patrimoine AXA Saint-Maur-Des-Fossés

Assurance Saint-Maur-Des-Fossés Olivier David

Votre Agent général Prévoyance & Patrimoine AXA Saint-Maur-Des-Fossés
Olivier David
06 51 38 87 38
10 Rue Aristide Briand
94100 Saint Maur Des Fosses
Numéro de téléphone
ou
E-mail
Valider

Conseiller indépendant, expert dans le domaine de la protection sociale et patrimoniale, j'interviens auprès des professions libérales, des chefs d'entreprise, des cadres supérieurs et dirigeants.

En tant qu’assureur de personnes, je vous protége, vous, vos proches et ce que vous avez de plus cher à travers des solutions adaptées couvrant l’ensemble de vos besoins en prévoyance, retraite, gestion de patrimoine, etc.

 

Pour vous accompagner au mieux, je vous propose au préalable un bilan gratuit et complet de votre situation sociale et patrimoniale.

 

Rencontrons-nous pour en discuter.

Votre agence est fermée ?

Effectuez vos démarches en ligne avec Mon AXA

Conseiller indépendant, expert dans le domaine de la protection sociale et patrimoniale, j'interviens auprès des professions libérales, des chefs d'entreprise, des cadres supérieurs et dirigeants.

En tant qu’assureur de personnes, je vous protége, vous, vos proches et ce que vous avez de plus cher à travers des solutions adaptées couvrant l’ensemble de vos besoins en prévoyance, retraite, gestion de patrimoine, etc.

 

Pour vous accompagner au mieux, je vous propose au préalable un bilan gratuit et complet de votre situation sociale et patrimoniale.

 

Rencontrons-nous pour en discuter.

Impossible de trouver votre position Recherche en cours de votre position Géolocalisé avec succès !
Calculer mon itinéraire
Calculer votre itinéraire

Votre agence AXA Saint-Maur-Des-Fossés

Olivier David assurance Saint-Maur-Des-Fossés

Mon cabinet est situé à Saint-Maur-des-Fossés et je me déplace pour vous rencontrer chez vous ou dans votre entreprise.

 

Je suis là pour vous écouter, vous informer et vous accompagner sur tous les grands sujets qui vous tiennent à cœur : prendre soin de votre santé, être mieux préparé face aux risques (décès, invalidité, etc.), dynamiser votre épargne, préparer votre retraite, protéger vos proches, etc.

 

Ma force ? Une expertise reconnue et un sens développé du conseil qui nous permettent de gagner votre confiance et de vous protéger pour longtemps.

 

Je réponds toujours présent lorsque vous avez besoin de moi.



À la une de votre agence AXA Saint-Maur-Des-Fossés

Changer d'assurance emprunteur pour faire des économies

Depuis le 1er janvier 2018, tout titulaire d'un prêt immobilier a la possibilité de changer d'assurance emprunteur. C'est votre cas ?

Vous pouvez faire d'importantes économies. Parlons-en !


Nous contacter
Lire la suite +

Qu’est-ce qu’une assurance emprunteur ?

Pour obtenir un crédit immobilier, les banques demandent de souscrire une assurance emprunteur. Elle peut intervenir en cas de décès, d'invalidité ou d’incapacité de travail. C’est une sécurité pour l’assuré, sa famille et bien évidement pour la banque qui est ainsi garantie du remboursement du crédit.

Généralement, l’assurance emprunteur est proposée par l’organisme de crédit via un contrat collectif. Or une autre possibilité, peu connue, existe : souscrire un contrat d’assurance auprès de l’assureur de son choix. Elle permet de se protéger avec l’assureur et les garanties de son choix.
 
Les deux approches sont complémentaires, certains clients préfèrent avoir une offre tout en un crédit + assurance de prêt générique, d’autres préfèrent choisir avec leur conseiller ou agent la meilleure couverture pour leur situation personnelle.

 
Qu’est-ce qui a changé depuis le 1er janvier 2018 ?

L’amendement Bourquin (SAPIN II) permet aux personnes titulaires d’un prêt immobilier de changer d’assurance à chaque date anniversaire du contrat. Seule condition, les garanties doivent être au moins équivalentes à celles souscrites auprès de la banque.

 

Quels sont les avantages de changer d’assurance emprunteur ?


C’est le moment pour les emprunteurs de faire jouer la concurrence et de comparer les prix et les garanties.

Les économies envisageables sont loin d’être négligeables : le coût de l’assurance emprunteur peut représenter jusqu’à 40% du coût total du crédit immobilier. Les économies varient selon le profil et l’âge et peuvent aller pour certains de 3 000 €, à 11 000 €, voire 15 000 € ou plus pour d’autres.

Et ce n’est pas tout, c’est l’occasion pour les emprunteurs d’être mieux protégé et d'obtenir des garanties mieux adaptées à leurs besoins.

Vous avez un prêt immobilier en cours ? Faites des économies sur votre assurance emprunteur !

Découvrez comment la Gestion Pilotée peut vous permettre de réveiller votre épargne

Vous manquez de temps pour vous occuper de votre épargne ? Vous ne vous sentez pas à l'aise avec les marchés financiers ? Vous êtes conscient que le niveau de rentabilité est lié à la qualité du pilotage ? 

Nous contacter

  Nos actualités AXA Prévoyance & Patrimoine

Poursuivre une activité après la retraite

Les retraités ont la possibilité de poursuivre une activité. Dans ce cas, le statut de micro-entrepreneur peut être adapté à leur situation.

Les retraités ont la possibilité de travailler. Le statut de micro-entrepreneur est particulièrement bien adapté à leur situation.

La frontière entre vie active et inactive devient de plus en plus floue. En 2016, quelque 478.000 personnes travaillaient en France tout en percevant une pension de retraite, selon une étude du ministère des Solidarités et de la Santé publiée le 7 septembre 2017. Certes, cela représente seulement 3,4% des retraités français. Il n’empêche, le phénomène ne cesse de progresser et devrait nettement se développer dans les années à venir.

Compte tenu de la baisse des rendements des retraites complémentaires et du durcissement des règles pour percevoir une retraite de base complète, le taux de remplacement, c’est-à-dire la différence entre la pension et le dernier salaire, devrait passer en moyenne de 70% à 50%. En d’autres termes, les Français vont voir leur pouvoir d’achat se réduire de moitié une fois qu’ils auront quitté le monde professionnel.

CER intégral ou partiel

L’une des solutions pour garder un niveau de vie à peu près stable est de poursuivre une activité à la retraite. Une pratique totalement légale depuis l’instauration en 2004 du cumul emploi retraite (CER). Ce dispositif permet, comme son nom l’indique, de cumuler une pension de vieillesse et un revenu d’activité sous certaines conditions.

Si le retraité dispose de tous ses trimestres de cotisation ou liquide ses droits à l’âge de retraite à taux plein (67 ans pour les assurés nés à partir de 1955), le cumul n’est pas plafonné. En revanche, en cas de départ avant 67 ans sans justifier de sa durée d’assurance, le CER est limité.

Ecrêtage de la pension en cas de dépassement

Le montant cumulé ne peut alors excéder 1,6 fois le Smic (2.368,43 euros par mois en 2017) pour les ex-salariés, 100% du montant annuel brut de la pension de retraite majoré de 6.941,40 euros pour les ex-fonctionnaires, 50% du plafond annuel de la Sécurité sociale (19.614 euros en 2017) pour les ex-artisans et commerçants ou 100% du Pass (39.228 euros en 2017) pour les ex-professions libérales. En cas de dépassement, la retraite est diminuée d’autant.

Le retraité est autorisé à reprendre une activité sous son ancien statut professionnel ou sous un nouveau. Il peut même retourner travailler chez son ancien employeur après un délai de carence de six mois. Dans tous les cas, le « cumulant » cotise à la retraite, mais ne se constitue plus de nouveaux droits depuis le 1er janvier 2015.

Plafond de la micro-entreprise doublé en 2018

Le statut de micro-entrepreneur (la nouvelle appellation des autoentrepreneurs depuis le 1er janvier 2016) est particulièrement adapté aux retraités désireux de lancer une activité. Le régime fiscal de la micro-entreprise permet en effet d’être soumis aux cotisations sociales uniquement si un chiffre d’affaires est généré. En contrepartie, les revenus ne doivent pas dépasser un certain plafond.

Justement, celui-ci va être doublé en 2018, passant de 33.200 euros à 70.000 euros pour les prestations intellectuelles et de services et de 82.800 à 170.000 euros pour les prestations artisanales et commerciales. Déjà, 40% des retraités cumulants sont des micro-entrepreneurs, d’après une note du Conseil d’orientation des retraites (COR).

PERP, PER Entreprises, Madelin Retraite : que faire en cas de revenus stables ou exceptionnels sur « l’année blanche » 2018 ?

La mise en place du prélèvement à la source de l’impôt a pour impact la neutralité fiscale sur 2018. Faut-il continuer à verser sur ses contrats de retraite ? Les réponses de Jean Malhomme, directeur Epargne et Prévoyance d’AXA France.

La loi de finances rectificative pour 2017 a institué un dispositif transitoire prévoyant que, pour l’imposition des revenus de l’année 2019, le montant déductible des cotisations individuelles et facultatives d’épargne retraite sera bien égal à la cotisation versée en 2019, sauf si la cotisation versée en 2018 est inférieure à celle versées en 2017 et 2019.
Dans ce cas, c’est la moyenne des cotisations versées en 2018 et 2019 qui sera déductible en 2019.

Cette mesure, liée à la mise en place du prélèvement à la source de l’impôt sur le revenu et plus exactement à l’instauration du crédit d'impôt modernisation du recouvrement (CIMR) destiné à assurer la neutralité fiscale sur 2018, est valable en cas de revenus stables.

Est-elle de nature à changer le comportement des épargnants ? Quelles sont les dispositions à prendre si l’on perçoit des revenus exceptionnels, faut-il continuer à verser sur son contrat Madelin retraite ? 
Jean Malhomme, directeur épargne et prévoyance d’AXA France, répond à ces questions.

Quel comportement adopter en 2018 et en 2019 face au dispositif transitoire lorsque l’on est détenteur d’un plan d’épargne populaire ou d’un contrat de retraite en entreprise ?

Nous avons failli perdre entièrement la déduction fiscale sur « l’année blanche » 2018. La mesure adoptée par les parlementaires pour le plan d’épargne retraite populaire – PERP - et le plan d’épargne retraite (PER) Entreprises - représente donc une bonne nouvelle, notamment pour les personnes qui alimentent leurs contrats au moyen de versements réguliers. Nous invitons ces épargnants à poursuivre dans ce sens. Ils bénéficieront ainsi en 2018 de la déduction fiscale pour l’intégralité de leurs versements 2017 puis en 2019, pour la totalité de leurs cotisations 2019 (les revenus 2018 ne donnant pas lieu à imposition). Pour ceux qui verseront en 2018 moins qu’en 2017 et en 2019, la moitié de leurs cotisations 2018 et 2019 sera déductible en 2019.

Au-delà du raisonnement purement fiscal, il y un autre enjeu : celui de la constitution d’un complément de ressources à la retraite pour lequel nous ne pouvons aucunement conseiller de cesser temporairement l’effort d’épargne sur un plan d’épargne retraite. Interrompre les versements rompt le système vertueux de capitalisation à long terme.

Que faire sur son épargne retraite en cas de revenus exceptionnels en 2018 ?

En cas de revenus exceptionnels en 2018 ne rentrant pas dans le cadre du prélèvement à la source, comme les indemnités de fin de carrière ou les plus-values mobilières ou immobilières, il faudra verser sur son PERP ou son PER Entreprises en 2018 pour réduire le montant de l’impôt.

Dans le système mis en place, les revenus non concernés par le prélèvement à la source, comme les plus-values mobilières si l’option pour l’impôt sur le revenu est choisie, sont payés en année N+1 au titre de l’année N. Pour autant, ces plus-values font partie du revenu imposable de l’année N : ce sont donc les cotisations épargne retraite qui seront versées cette même année qui permettront de diminuer l’impact fiscal des plus-values ainsi réalisées.

Par exemple, si un salarié a un revenu de 100 et qu’il perçoit un revenu exceptionnel de 200 en 2018, il pourra bénéficier d’une réduction d’impôt sur la quote-part correspondant au revenu exceptionnel divisé par le revenu total. S’il verse 10 000 « euros sur un PERP et que sa tranche marginale d’imposition est de 45 %, sa réduction d’impôt peut être estimée à 10 000 X 200/300 X 45 % = 3 000 euros soit 30% du versement

Qu’en-est-il de la règle de la régularité des versements pour bénéficier de l’exonération d’impôt sur la fortune ?

L’impôt de solidarité sur la fortune – ISF - a été transformé en impôt sur la fortune immobilière -IFI. Le PERP ou le PER Entreprises étant exonérés d’IFI, le lien entre la régularité des paiements et l’ISF a été de fait supprimé.

Concernant l’impact de l’IFI sur les contrats PERP, il faut noter que jusqu’à présent, l’ISF était appliqué sur les primes versées après 70 ans, pendant la phase d’accumulation. Le capital constitutif de la rente rentrait également dans l’assiette de l’ISF, avec une exonération en cas de versements effectués de manière régulière pendant 15 ans.

Les nouvelles règles de l’IFI vont supprimer cette fiscalité sur les produits d’épargne retraite, dont le PERP et le PER Entreprises puisque l’assiette d’imposition est réduite aux encours immobiliers dans les contrats d’assurance-vie rachetables. Non seulement le PERP ou le PER Entreprises ne sont pas rachetables, mais le capital constitutif des rentes est investi sur l’actif général et pas sur des supports immobiliers visés par l’IFI.

Que se passe-t-il pour les contrats Madelin Retraite ?

Le système est différent. Les versements sur le contrat Madelin retraite ne rentrent pas dans le dispositif spécifique prévu pour le PERP ou le PER Entreprises. Dans le cas le plus simple, lorsque le travailleur indépendant a des ressources stables, la cotisation Madelin retraite 2018 viendra diminuer le bénéfice imposable comme par le passé. Sinon, tout va dépendre de la position du revenu avant les cotisations Madelin. Si le revenu 2018 est supérieur aux revenus des trois années précédentes - nets des cotisations retraite Madelin -, un impôt sera dû sur l’excèdent. Dans ce cas de figure, il convient de faire le point avec son conseiller pour procéder aux ajustements Madelin nécessaires. Mais la déduction fiscale de la cotisation 2018 n’est pas perdue.

Avant toute opération, nous invitons nos clients à prendre contact avec leur conseiller, lequel sera à même de leur prodiguer un conseil adapté à leur situation.

La réforme des retraites aura bien lieu

La réforme des retraites est prévue pour être finalisée pour l’été 2019, avec notamment la conversion des 37 régimes actuels en un seul régime. 

Si l’on en croit les propos du Président de la République devant la Cour des comptes, la réforme des retraites sera finalisée dans un an et demi, soit pour l’été 2019.
A défaut d'être facile, la feuille de route est claire : convertir les 37 régimes actuels en un seul régime.

Retraite : vers une vrai réforme

Si l’on fait les comptes, cela sous-entend que toutes les caisses de retraite des salariés et fonctionnaires mais aussi celles spécifiques des régimes spéciaux et des indépendants et libéraux seraient emportées dans la refonte.

L’objectif annoncé est de sortir le système de retraite de l’état de crise perpétuelle où, selon les mots du Président, "chaque réforme est une modification de dernière minute, nécessaire et justifiée en terme de finances publiques, mais qui ne change pas les règles fondamentales de son fonctionnement et endommage la confiance."

Loin des ajustements paramétriques des dernières lois, axés pour l’essentiel sur l’allongement de l’âge d’obtention du taux plein, le Chef de l’Etat a l’intention de porter une réforme systémique, conduisant à un système universel « simple et lisible » par points où un euro cotisé donne les mêmes droits à pension pour tous. Celui-ci serait comparable au régime actuel des salariés du privé (AGIRC-ARRCO dont la fusion est actée pour le début de l’année 2019).

La réforme est actuellement portée par Jean-Paul Delevoye, ancien ministre de 2002 à 2004, nommé le 14 septembre 2017, haut-commissaire chargé de la réforme des retraites.

Baisse de la dépense publique

Tout au long de son discours devant la Cour des Comptes, Emmanuel Macron a rappelé qu’il fallait régler les problèmes structurels pour obtenir des économies.

Le Président de la République souligne que la protection sociale (maladie, vieillesse, chômage, ...) doit être sans cesse renforcée et il refuse les réformes purement comptables qui rognent des droits.

Pour lui, il faut protéger différemment et penser la protection à l’aune des nouveaux risques dans une économie de la connaissance et de l’innovation où les changements sont permanents.

Emmanuel Macron s’est engagé devant la Cour des Comptes sur les chiffres clés suivants :

  • 1 point de prélèvement obligatoire en moins sur le quinquennat
  • 3 points de dépenses publiques en moins sur ce quinquennat
  • 5 points de réduction de dettes

L’objectif est de réduire de 60 milliards d’euros la dépense publique sur le quinquennat mais, en même temps, d’investir dans les domaines nécessaires pour accélérer la transformation et permettre des économies durables.

L’investissement en parallèle s’élèvera à 15 milliards d’euros.

Plus largement, le Gouvernement a engagé le chantier “Action publique 2022” pour doter chaque domaine de politique publique d’une trajectoire claire de réforme.

Chaque semaine, en Conseil des Ministres, il sera rendu compte des réformes conduites ministère par ministère jusqu’en 2022.

Le rattachement de l'enfant au foyer fiscal

Votre enfant peut être rattaché sous certaines conditions au foyer fiscal jusqu’à son 25eme anniversaire : une vidéo de moins de 2 minutes pour faire le point sur cet avantage fiscal. 

 


 

Réforme du RSI : que deviennent les travailleurs indépendants ?

La loi de financement de la Sécurité sociale pour 2018 prévoit la suppression du RSI et le transfert de la protection sociale des travailleurs indépendants au régime général dès le 1er janvier 2018. Le 13 décembre, le gouvernement a publié un dossier de presse venant éclairer les différentes étapes de la réforme.

La loi de financement de la Sécurité sociale pour 2018 prévoit la suppression du RSI et le transfert de la protection sociale des travailleurs indépendants au régime général dès le 1er janvier 2018. Le 13 décembre, le gouvernement a publié un dossier de presse venant éclairer les différentes étapes de la réforme.

Cette réforme s’échelonnera sur une période de deux ans avec plusieurs étapes d’intégration des branches de la protection sociale des indépendants au Régime général. La réforme n’affectera ni les modalités de calcul des cotisations ni le versement de leurs prestations.

Les activités aujourd’hui gérées par le RSI seront prises en charge par le Régime général, au sein de l’Assurance maladie, de l’Assurance retraite et du réseau des URSSAF, selon des modalités permettant de conserver un guichet unique pour les travailleurs indépendants.

À noter: ce transfert concerne 6,5 millions de bénéficiaires dont 2,8 millions de chefs d'entreprises actifs et 2 millions de retraités commerçants, artisans, professions libérales et micro-entrepreneurs et leur famille.

Calcul et recouvrement des cotisations des travailleurs indépendants

Dès le 1er janvier 2018, l’URSSAF devient le seul interlocuteur pour le recouvrement des cotisations des travailleurs indépendants: affiliation, modification et radiation du statut, calcul des cotisations, recouvrement des cotisations, délais de paiement, procédures de recouvrement, aide aux cotisants en difficulté.

Il a également pour mission de développer une offre de services spécifiques pour les travailleurs indépendants.

L’Assurance retraite: seul interlocuteur des travailleurs indépendants

En 2020, l’Assurance retraite devient le seul interlocuteur des indépendants pour leur retraite de base et leur retraite complémentaire pour la part de leur carrière qu’ils ont effectuée en tant que travailleurs indépendants.

Pour la part de leur carrière salariée, ils conservent deux interlocuteurs: l’Assurance retraite pour leur retraite de base et l’AGIRC-ARRCO (dont la fusion est prévue en 2019) pour leur retraite complémentaire.

Santé: une assurance maladie unique

Avec la suppression du RSI, les nouveaux travailleurs indépendants n’auront pas à effectuer de démarches administratives concernant leur assurance maladie:

  • Dès 2019, les nouveaux travailleurs indépendants, anciennement salariés, resteront gérés par la caisse primaire d’assurance maladie (CPAM) du lieu de leur résidence
  • En 2020, tous les assurés travailleurs indépendants auront pour interlocuteur unique la CPAM

Par ailleurs, l’Assurance maladie s’engage à maintenir les services existants pour les travailleurs indépendants tels que les bilans de prévention, le maintien dans l’activité professionnelle des travailleurs indépendants ayant perdu une partie de leur capacité de travail, la prévention des risques psychosociaux, etc.

Ainsi la CPAM de résidence du travailleur indépendant est chargée du remboursement des soins, des prestations maternité/paternité, du versement des indemnités journalières, de la gestion des droits santé, de la demande de CMU-C et ACS, de la pension d’invalidité, du capital décès, de la prévention santé et de l’action sanitaire et sociale

Rachat d’assurance vie : le souscripteur doit préciser l’option fiscale

Le détenteur d’un contrat d’assurance vie doit spécifier si les gains doivent être soumis au régime commun d’imposition ou au prélèvement forfaitaire libératoire, a rappelé le Médiateur de l’assurance.

Le détenteur d’un contrat d’assurance vie doit spécifier si les gains doivent être soumis au régime commun d’imposition ou au prélèvement forfaitaire libératoire, a rappelé le Médiateur de l’assurance.

Au moment où il effectue un retrait, le souscripteur d’un contrat d’assurance vie ne doit pas oublier d’indiquer le type d’imposition qu’il souhaite voir appliquer sur ses gains. Cette règle a été rappelée dans le rapport d’activité publié le 15 juin 2017 par le Médiateur de l’assurance, le premier du genre puisqu’il n’existait pas jusqu’ici de médiation commune aux compagnies et aux mutuelles d’assurance.

Le Médiateur a été saisi par un assuré qui avait sollicité un rachat en envoyant une demande à son assureur sur papier libre. Dans son courrier, il n’avait pas fait mention de la fiscalité sur les gains issus de son retrait. Du coup, l’assureur a appliqué l’intégration à l’impôt sur le revenu des personnes physiques (IRPP). L’assuré conteste cette décision.

Demande claire et explicite

Certes, l’article 12 5-0 A du Code général des impôts (CGI) prévoit la possibilité pour le souscripteur d’un contrat d’assurance vie d’opter pour un prélèvement forfaitaire libératoire (PFL) de l’IRPP, rappelle le Médiateur. Pour autant, la jurisprudence veut que, pour exercer cette option, l’assuré doit en faire la demande « de manière claire et explicite » auprès de l’assureur. A défaut, c’est le régime de droit commun qui s’applique, c’est-à-dire l’intégration à l’IRPP. En d’autres termes, le souscripteur aurait dû préciser dans sa lettre qu’il optait pour le PFL.

Pour rappel, en cas de rachats (totaux ou partiels), les intérêts annuels des fonds en euros et les plus-values des unités de compte sont assujettis à l’IRPP. Ces gains doivent être intégrés aux revenus à déclarer à l’administration fiscale ou faire l’objet d’un PFL. Dans cette seconde situation, l’imposition est directement prélevée par l’assureur qui la reverse ensuite au Trésor public. Le taux de PFL dépend de l’ancienneté du contrat. Si l’assurance vie a été souscrite depuis moins de quatre ans, il s’élève à 35%. Le taux tombe à 15% pour les contrats de quatre à huit ans et à seulement 7,5% pour ceux ouverts depuis plus de huit ans.

Pas de modification possible

Si le Médiateur ne le stipule pas, l’assuré contestataire devait être dans ce dernier cas de figure. D’où son courroux. Quoi qu’il en soit, il est trop tard pour lui. Le Médiateur souligne que l’assureur agit en tant que simple collecteur du fisc. Il ne peut procéder a posteriori à une modification de l’option fiscale.

En conséquence, le Médiateur conseille, dans le doute, d’opter toujours pour le PFL. « L’assujettissement des produits perçus en droit commun à l’IRPP s’avèrera le plus souvent dommageable », écrit-il. En clair : le taux marginal d’imposition (TMI) est, dans la majorité des cas, supérieur au taux du PFL.

Les offres AXA

Prévoyance

Envisager sereinement votre avenir et celui de votre famille avec des solutions pour vous protéger en cas de coup dur : accident de la vie courante, dépendance, arrêt de travail, décès, etc.

Épargne

Préparer vos projets à venir (acquisition d’un bien immobilier, remplacement de votre voiture, loisirs, etc) grâce à des placements simples et sécurisés pour épargner à votre rythme sans aucun risque.

Retraite

Préparer en toute sérénité votre retraite avec des solutions adaptées à votre profession pour maintenir votre niveau de vie et mieux en profiter le moment venu : PERP, Contrat Madelin...

Santé

Bénéficier d’une prise en charge optimale de vos besoins de santé et de services associés (réseau de partenaires santé, tiers payant, télétransmission…) grâce à une complémentaire santé sur-mesure.

Compte courant

Gérer simplement et en toute autonomie votre argent au quotidien avec un compte sur-mesure, une appli mobile et une carte Visa qui couvrent l’ensemble de vos besoins bancaires de base.

Protection juridique

Défendre au quotidien vos droits et ceux de votre famille avec une solution modulable et les conseils d’un juriste à vos côtés à tout moment pour vous informer et aussi vous aider en cas de litige.

Afficher plus d'offres

Les partenaires

Votre avenir, notre expertise

Spécialiste dans les domaines de la prévoyance, de la santé, de la dépendance, du patrimonial, de l’épargne-retraite et de l’entreprise, je mets ma connaissance et celle de mes collaborateurs au service de la réalisation de vos projets.

 

Nous nous appuyons sur un réseau d’expertise comptant des acteurs tels que Drouot Estate, SOGAREP, Juridica, AXA Gestion Privée ou encore la prestigieuse association d’assurés qu’est l’AGIPI.

Nos valeurs

L'excellence

Nous sommes des professionnels indépendants soucieux de vous délivrer une analyse globale répondant précisément à vos besoins.

L'éthique

Nous vous devons honnêteté, intégrité, loyauté et confidentialité. Vous nous confiez des pans entiers de votre vie, de celle de vos proches ainsi que le fruit de votre travail.

L'engagement

Nous nous impliquons au quotidien et dans la durée pour vous et votre avenir, afin de vous apporter pleinement satisfaction.

Votre Agent général Prévoyance & Patrimoine AXA Saint-Maur-Des-Fossés Olivier David 10 Rue Aristide Briand, 94100 Saint Maur Des Fosses

Mentions légales